mercredi 14 avril 2021

Gibellina en Sicile

Gibellina, village agricole au sud-ouest de Palerme fut terrassé par un tremblement de terre une nuit de janvier 1968. La force de la secousse sismique a fait 370 morts (dont 99 à Gibellina), plus de 1000 blessés et quelque 70.000 sans abris. Quatre des quatorze villages de la région ont été complètement détruits : Gibellina, Salaparuta, Poggioreale et Montevago. Lorsque l’aube se leva dans cette vallée du Belice, le village accroché à la colline avait disparu, anéanti sous les décombres. Il y eut deux cents morts à la première secousse. Les survivants eurent le temps de s’enfuir avant la seconde, trois jours plus tard, qui ensevelit les carabiniers envoyés à la garde des maisons.

Gibellina s’est dédoublée
: d’un côté la ville morte, inhabitée, dont on a voulu sceller le sort en recouvrant ses anciens quartiers d’une épaisse dalle de béton, coulée sur le flanc sud-est de la colline et, à une dizaine de kilomètres de là, la ville nouvelle, véritable vitrine de l’architecture postmoderne…

Il Grande Cretto di Alberto Burri :
un monument commémoratif muet 

Invité en 1981 par Ludovico Corrao à créer une œuvre d’art pour Gibellina Nuova, Alberto Burri, artiste majeur de la seconde moitié du  XXe siècle, s’avoue peu inspiré par le site. Il demande à voir le lieu du village original et propose de travailler sur les ruines même de Gibellina Vecchia et de réaliser une oeuvre dans la mouvance du land art.

Il laberinto della memoria ou il Grande Cretto di Gibellina (1984-1989) d’Alberto Burri, est la plus grande œuvre de land art d’Europe [1]. Formée par 122 blocs de ciment d’un mètre soixante de haut, et constituée de pièces de taille et de forme différentes (qui mesurent entre dix et vingt mètres de large), l’œuvre s’étend sur douze hIectares, dans un quadrilatère de 300 mètres sur 400. Elle est placée sur un terrain escarpé et en pente. Conçu comme un suaire, comme un mémorial de la tragédie, le Cretto di Burri recouvre une partie des ruines de Gibellina Vecchia. 

Gibellina Nuova : Ludovico Corrao, maire de Gibellina, fait appel à de célèbres artistes et architectes pour imaginer la reconstruction de Gibellina Nuova à travers l’art.

Gibellina Nuova, qui se trouve à une quinzaine de kilomètres de l’ancienne Gibellina, est aujourd’hui le berceau de nombreuses et impressionnantes œuvres architecturales et sculptures en plein air. Joseph Beuys, Alighiero Boetti, Mimmo Paladino, Pietro Consagra, Arnaldo Pomodoro, Daniel Spoerri ou encore Carla Accardi comptent parmi les artistes qui ont contribué à la renaissance de la ville.

Adoptant un urbanisme en forme de papillon. On entre dans Gibellina Nuova, via l'immense "étoile du Belice" de métal à cinq branches de Pietro Consagra, qui enjambe la quatre-voies, avant de découvrir une cinquantaine d’œuvres polymorphes et radicales, éparpillées dans ce village où artistes et population n’ont jamais vraiment dialogué.



De nombreuses sculptures contemporaines sont disséminées à travers toute la ville.

__________

L'élément principal, la nouvelle église : La Chiesa Madre

La Chiesa Madre est certainement le monument le plus emblématique de la rupture recherchée au niveau architectural. Elle est située au centre de la ville, au sommet d'une petite colline. Elle est construite selon un plan carré de 50 mètres de côté environ, sur lequel est posé une grande sphère blanche inspirée de l'architecture arabe.

Quinze ans se sont écoulés entre le projet (1972) et sa réalisation (1986). En août 1994, une partie du bâtiment s'effondre, laissant l'église, encore aujourd'hui, à ciel ouvert. (Les auteurs du projet sont Ludovico Quaroni, Luisa Anversa, Sergio Musmeci, Giangiacomo D'Ardia et Livio Quaroni) 35 ans plus tard, une ville sans âme, déjà délabrée, grisâtre même sous le soleil, aux rues rectilignes ponctuée de sculptures monumentales.

La trop grande place publique sans arbres, sans ombre, est déserte. Les édifices publics griffés semblent abandonnés. Conçue pour loger jusqu’à 13 000 personnes, elle n’est habitée que par 3000 Gibellinesi. Trop étendue, la ville est peu agréable à parcourir à pied, et ses habitants utilisent la voiture dans leurs déplacements, ce qui limite l’animation et les rencontres… La culture des sinistrés a été balayée au nom d’une Culture qui leur est étrangère. Le mode de vie des habitants qui ont connu le séisme n’a plus rien à voir avec leur vie d’avant. S’ils veulent retourner sur les lieux où ils sont nés, ils pourront difficilement y retrouver leurs souvenirs…

Le 7 août 2011, Ludovico Corrao, âgé de 84 ans, ancien sénateur du parti communiste italien et ancien maire de la ville sicilienne de Gibellina, dans la province de Trapani, fut trouvé assassiné dans sa chambre à la fondation Orestiades, dont il était le président. Il avait été égorgé avec un couteau de cuisine par un jeune homme de 21 ans originaire du Bangladesh, qui était son domestique et son amant. Fin tragique, à la Pasolini, pour celui qui depuis longtemps était engagé dans la vie intellectuelle de la Sicile et dans le combat contre l’ignorance imposée par la mafia à toute une population de paysans.

Pour en savoir plus sur Gibellina :
Gibellina (2010), deux films de l’artiste français Raphaël Zarka, qui présentent d’une part les ruines recouvertes par l’œuvre d’Alberto Burri et, de l’autre, la ville reconstruite avec ses rues aux noms des artistes de la seconde moitié du XXe siècle. 

Plus de précisions à propos de Gibellina.


Village de Poggioreale
 : Là, en revanche, les ruines de l'ancien village ont été conservées.


  Poggioreale Nuovo vieillit lui aussi très mal

Aucun commentaire:

Publier un commentaire